les personnes qui transpirent

les personnes qui transpirent

abondamment préfèrent les

boissons relativement riches en sels de Na+ plutôt qu’en eau pure. Comme mentionné précédemment, il est toujours important de compléter les boissons avec du sel supplémentaire en cas de transpiration excessive. La décision du cerveau de commencer ou d’arrêter de boire et de choisir la boisson appropriée est prise avant que le liquide ingéré puisse atteindre les compartiments intra et extracellulaires. Les papilles gustatives dans la bouche envoient des messages au cerveau sur la nature, et en particulier le sel du liquide ingéré, et les réponses neuronales sont déclenchées comme si l’eau entrante santé avait déjà atteint la circulation sanguine. Ce sont les réflexes dits d’anticipation: ils ne peuvent pas être entièrement des “réflexes céphaliques” car ils proviennent de l’intestin aussi bien que de la bouche.1 L’hypothalamus antérieur et la zone pré-optique sont équipés d’osmo-récepteurs liés à la consommation d’alcool. Les neurones de ces régions montrent un tir amélioré lorsque le milieu interne devient hyperosmotique. Leur tir diminue lorsque l’eau est chargée dans l’artère carotide qui irrigue les neurones. Il est santé

remarquable que la même diminution du tir dans les mêmes neurones ait lieu lorsque la charge d’eau est appliquée sur la langue au lieu d’être injectée dans l’artère carotide. Cette baisse anticipée santé du tir est due à une médiation des voies neurales partant de la bouche et convergeant vers les neurones qui détectent simultanément le milieu intérieur (sang). Consommation d’alcool Non réglementaire Bien que tout le monde éprouve de temps en temps la soif, il joue peu de rôle au jour le jour dans le contrôle de la consommation d’eau chez les personnes en bonne santé vivant dans les climats tempérés. Nous consommons généralement des liquides non pas pour étancher notre soif, mais comme composants d’aliments quotidiens (par exemple, soupe, lait), comme boissons utilisées comme stimulants doux (thé, café) et pour le pur plaisir. santé Comme exemple commun est la consommation d’alcool qui peut augmenter le plaisir individuel et stimuler l’interaction santé

  • sociale. Les boissons sont également consommées pour leur teneur en santé énergie, comme dans les boissons gazeuses et le lait, et sont utilisées par temps chaud pour le refroidissement et par temps froid pour le réchauffement. Ces potable semble être médiée par les papilles, qui communiquent avec le cerveau dans une sorte de “système de récompense” les mécanismes qui commencent tout juste à
  • être compris. Ce biais dans la santé façon dont les êtres humains se réhydratent peut être avantageux car il permet de remplacer les pertes d’eau avant la déshydratation produisant de la soif. Malheureusement, ce biais comporte également certains inconvénients. Boire des
  • liquides autres que l’eau peut contribuer à un apport en nutriments caloriques supérieur aux besoins, ou à la consommation d’alcool qui, chez certaines personnes, peut entraîner insidieusement une dépendance. Par exemple, la consommation totale de liquides est passée de 79 onces liquides santé

en 1989 à 100 onces liquides

en 2002 chez les adultes américains, tous issus de boissons caloriques.19 Effets du vieillissement sur la régulation de l’apport hydrique Les réponses de soif et d’ingestion de liquide des personnes âgées à un certain nombre de stimuli ont été comparées à celles observées chez les personnes plus jeunes.20 suite à la privation d’eau, les personnes âgées ont moins soif et boivent moins de liquide que les personnes plus jeunes.21, 22 la diminution de la consommation de liquide est principalement due à une diminution de la soif car la relation entre la soif et la consommation de liquide est la même chez les jeunes et les personnes âgées. Les personnes âgées boivent une eau insuffisante suite à une privation de liquide pour combler leur déficit en eau corporelle.23 lorsque les personnes santé âgées déshydratées se voient offrir une sélection de boissons très appétissantes, cela n’a pas non plus entraîné une augmentation de l’apport hydrique.23 Les effets d’une soif accrue en réponse à une charge osmotique ont donné des réponses variables, un groupe ayant signalé une soif osmotique réduite chez les personnes âgées24 et santé

un autre n’ayant pas trouvé de différence. Dans une troisième étude, les jeunes individus ont ingéré presque deux fois plus de liquide que les personnes âgées, bien que les sujets plus âgés aient une osmolalité santé sérique beaucoup plus élevée.25 Dans l’ensemble, ces études soutiennent de petits changements dans la régulation de la soif et de l’apport hydrique avec le vieillissement. Des défauts dans les osmorécepteurs et les barorécepteurs semblent exister ainsi que des changements dans les mécanismes de régulation centraux médiés par les récepteurs opioïdes.26 en raison santé de leurs faibles réserves d’eau, il peut être prudent pour les personnes âgées d’apprendre à boire régulièrement lorsqu’elles n’ont pas soif et d’augmenter modérément santé leur consommation de sel lorsqu’elles transpirent. Une meilleure éducation sur ces

  • principes peut aider à prévenir une hypotension soudaine et un accident vasculaire cérébral ou une fatigue anormale peut entraîner un cercle vicieux et éventuellement une hospitalisation. Thermorégulation L’état d’hydratation est essentiel au processus de contrôle de la température du corps. La perte d’eau corporelle par la sueur est un mécanisme de refroidissement important dans les climats chauds et
  • dans l’activité physique. La production de sueur santé dépend de la température et de l’humidité de l’environnement, des niveaux d’activité et du type de vêtements portés. Les pertes d’eau par la peau (transpiration insensible et transpiration) peuvent aller de 0,3 L/h dans des
  • conditions sédentaires à 2,0 L/h en cas d’activité élevée dans la chaleur et les besoins en consommation vont de 2,5 à un peu plus de 3 L/J chez les adultes dans des conditions santé normales, et peuvent atteindre 6 L/J27, 28 L’évaporation de la sueur du corps entraîne un refroidissement de la

peau. Cependant, si la perte de sueur

n’est pas compensée par l’apport hydrique, en particulier pendant une activité physique vigoureuse, un État hypohydraté peut survenir avec des augmentations concomitantes de la température corporelle centrale. L’Hypohydration due à la transpiration entraîne une perte d’électrolytes, ainsi qu’une réduction du volume plasmatique et peut entraîner une augmentation de l’osmolalité plasmatique. Pendant cet état de volume plasmatique réduit et d’osmolalité plasmatique accrue, la sortie de sueur devient insuffisante pour compenser les augmentations de la température centrale. Lorsque des liquides sont administrés pour maintenir l’euhydratation, la transpiration reste une

  • compensation efficace de l’augmentation des températures à cœur. Avec une exposition répétée à des environnements chauds, le corps s’adapte au stress thermique, et le débit cardiaque et le volume d’AVC reviennent à la normale, la perte de sodium est conservée et le risque de maladie liée au stress thermique est réduit.29 L’augmentation de la consommation d’eau pendant ce processus
  • d’acclimatation à la chaleur ne raccourcira pas le temps nécessaire pour s’adapter à la chaleur, mais une légère déshydratation pendant cette période Peut être préoccupante et est associée à des élévations du cortisol, à une transpiration accrue et à des déséquilibres électrolytiques.29 Les enfants et les personnes âgées ont des réponses différentes à la température ambiante et différentes

Leave a Reply

Your email address will not be published.